• Actualites

    Dernières nouvelles des mineurs isolés et du collectif des hébergeurs à Nantes et alentours

    Alerte, jeunes en danger à Nantes ! Signez pour la défense de leurs droits !

     

    230 mineurs isolés étrangers, sont laissés à la rue, abandonnés par les institutions. Après un parcours jalonné de souffrances et de maltraitances, ils doivent aujourd’hui affronter la violence de la rue et l’isolement, dans l’indifférence des institutions françaises. Et particulièrement à Nantes !

     

     

    pour lire la suite et signer, c'est ici

     

    photo Val K

    Dessins sans papiers

    Exposition
    100 dessins de jeunes migrants qui se passent de traductions

    tous les jours de 14h à 18h jusqu'au 2 Juin à POL'N, 11 rue des Olivettes, Nantes.

     

    Les Mineurs Isolés Etrangers de Nantes vous invitent à l'exposition de leurs dessins du 29 mai au 02 juin à POL’ N. Réalisés pendant les ateliers des "DESSINS SANS PAPIERS", un collectif lancé à Paris en juin dernier, l'initiative est portée à Nantes par un groupe d'artistes, d'hébergeurs et de personnes solidaires qui accompagnent les jeunes dans leur vie nantaise. Ces histoires dessinées nous racontent leurs pays, leurs voyages, leurs rêves et leurs projets. Elles illustrent la situation des jeunes migrants d’un point de vue unique : le leur, et portent sur notre ville et ses habitants, un regard plein d'intelligence et d'humour.

     

    Pour découvrir tous les dessins réalisés, échanger avec les dessinateurs et les membres du collectif, et partager leurs actions, suivez-nous sur :
     

    facebook.com/groups/dessinssanspapiers
    instagram.com/dessinssanspapiers

  • Le collectif des hebergeurs solidaires

    Il s’est monté à l’initiative de citoyens qui ont répondu aux appels à l’aide du collectif de soutien aux mineurs isolés, qui regroupe les différentes associations qui interviennent sur cette problématique (Cimade, Gasprom, LDH, DAL ...) . Par leur accompagnement administratif en particulier, ces structures identifient les jeunes déboutés à la rue. Quelques personnes ont répondu individuellement à ces besoins d’hébergement, puis elles se sont croisées lorsqu’un jeune passait de chez l’un à l’autre. Très vite est venue l’idée de partager leurs expériences et questionnements lors de réunions et dans un groupe facebook fermé, et de mettre en place un tableau de disponibilité à faire circuler pour convaincre de nouveaux hébergeurs, avec l’objectif de ne laisser aucun jeune à la rue la nuit.

     

    Le collectif des hébergeurs solidaires n’est donc composé que de citoyens volontaires et bénévoles qui proposent de partager leurs expériences pour soutenir toutes les nouvelles personnes qui souhaiteraient se lancer dans cette aventure humaine assez unique. De fait, nous organisons aussi logistiquement le placement des jeunes dans les foyers volontaires.

     

  • Comment heberger?

     

    Il n’y a pas de “petits” hébergements, une nuit est déjà utile, une semaine,un vrai répit pour les jeunes, le long terme un engagement inestimable.

    Nous avons des besoins en urgence, quand on découvre un nouveau jeune à la rue, mais nous avons aussi besoin de solution plus pérennes puisque leur situation est le plus souvent bloquée pendant de longs mois.

     

    Certains s’organisent à 4 familles pour héberger un jeune une semaine par mois et qu’il ne soit jamais à la rue ; d’autres offrent un toit un ou deux jours fixes par semaine, ou certains week-end pour pouvoir partager du temps avec les jeunes; Certaines familles s’engagent à quasiment plein temps, mais gèrent avec leurs entourages, familles, amis pour confier le jeune quand ils ont un empêchement ou besoin de se retrouver un peu. Certains hébergent pendant leur semaine sans enfant quand ils sont en garde alternée, d’autres au contraire pendant leurs vacances uniquement. A chacun de trouver la façon et l’engagement qui lui convient.

     

    Les hébergeurs sont aussi bien des étudiants avec un clic clac, que des familles avec une chambre d’amis, des mères seules avec leurs enfants, ou des jeunes couples sans enfants, des célibataires en colocation, des familles recomposées…

     

    Nous nous engageons pour offrir un lit, même d’appoint, un repas si possible, un petit déjeuner, une douche chaude…

    Le reste (accueil et activités en journée, apprentissage de la langue, aide à l’accompagnement administratif, soutien affectif et/ou financier etc…) est selon la possibilité et l’envie de chacun, c’est un plus mais absolument pas une obligation. Les associations sont actives aussi sur ces problématiques et les hébergeurs du collectif peuvent vous partager leurs ressources, liens et contacts pour cela...

     

    Si vous êtes tenté par cette aventure humaine à la fois impressionnante et très simple, mais aussi très riche, envoyez nous vos coordonnées à: hebergement-solidaire-mie-nantes@googlegroups.com

     

    Nous vous mettrons en relation avec d’autres hébergeurs pour répondre à vos questions.

     

    Mettez ensuite vos premières disponibilités dans ce tableau: http://frama.link/MIE_NANTES

     

    Nous vous mettrons en relation avec un jeune, et son hébergeur précédent si possible, un hébergeur expérimenté sinon.

    Merci pour eux!

  • si vous ne pouvez pas hEberger,

    il existe d'autres faCons de les aider

    - En faisant du sport hors club avec eux

    (les club et asso de sport ne leur sont pas accessibles sans autorité parentale ni licence, c'est à la discrétion des clubs, si vous pensez en connaître un susceptible de les accueillir, merci de nous envoyer un mail à hebergement-solidaire-mie-nantes@googlegroups.com)

     

    - En proposant des activités en semaine

     

    - En donnant des cours de français ou un suivi scolaire

     

    - En finançant leurs repas chez un hébergeur ayant peu de moyen

     

    - En finançant un abonnement de téléphone

     

    - En finançant une carte de transport

     

    - En donnant des fringues (dans l'air du temps, l'ado est coquet ,-)

     

    - En finançant leur scolarité dans une école privée qui accepte de les scolariser. l'école publique leur étant fermée pendant la durée du recours malgré la très forte motivation de nombre d'entre eux

     

    - En les parrainant (créer un lien régulier, protecteur et émancipateur)